ourkalbousounaki

accueil

ETHNOLOGIE CANINE

HISTORIQUE

 
sommaire2

page suivante

Préhistoire


Interrogations


Le Point


Epoques - Cultures - Datation

la préhistoire du chien.......
avant tout, elle est mystérieuse.., la principale question étant :

 

de quand


l'alliance Homme/Chien

.

 

Que le canidé familier ait été le premier animal domestique
paraît bien établi

voir zool2/domestication

" Si on excepte le Renne, pour lequel des doutes sont d'ailleurs émis, il faut admettre que le chien est le premier animal que l'homme ait soumis à la domination et conservé auprès de lui." Dechambre (op.cit.)

mais ce n'est pas tout

Voir: Wikipedia article "Domestication du Chien" :

"La domestication du chien est intervenue au Paléolithique, longtemps avant celle de toutes les autres espèces domestiques actuelles. Elle précède de plusieurs dizaines de milliers d'années la sédentarisation de l'homme et l'apparition des premières civilisations agricoles. C'est l'unique espèce domestique ancienne dont la domestication n'est pas liée à l'apparition de l'agriculture et à la sédentarisation. Cette place que le chien occupe auprès de l'espèce humaine en fait un cas particulier parmi les espèces domestiques " Wikipedia


L'énigme des origines et des modalités perdure ...

zool1
la conclusion d'Eugène Gayot est donc toujours valide

Rappelons en outre que du point de vue
sémantique :

 


Chien
= canis familiaris (domestique par définition) Carrère et Lignereux zool3

 
 


N.B. attention aux confusions contemporaines concernant le terme: domestique dans le contexte de

notion d'animal domestique :

pour la zootechnie (et la zoologie) l'animal domestique est un animal ayant la nature particulière (fixée génétiquement) d'être "une chose de l'Homme".
Il a un
statut spécial dans ce sens (en droit par exemple)
Il fait partie d'une liste précise... qu'on apprend et enseigne... et qui ne se modifie pas à volonté.... même si elle peut évoluer dans le temps.

On constate assez couramment qu'on qualifie de "domestiques" certains animaux qui n'ont pas ce statut, tels, par exemple, que les Nouveaux Animaux de Compagnie (les NAC), au prétexte qu'ils vivent à la maison,
ce qui est une façon de réadapter dans un contexte dérivé ("modernisé"), l'étymologie de l'adjectif domestique, qui vient du latin
"domus"="maison"

Tout compte fait, c'est plus logique pour eux que pour les animaux domestiques les plus traditionnels que sont le cheval et la vache...... mais.....

N.B. Pour se familiariser avec ces notions de terminologie zoologique et zootechnique : la lecture du chapitre "considérations préliminaires zoologiques" du site: www.eporedo.fr peut s'avérer utile. On gagnera, en outre, à y visiter les pages relatives à la préhistoire ....( telle qu'on la connaissait en 1882).

Eporedo analyse l'ouvrage de Piétrement .."Les chevaux dans les temps préhistoriques et historiques". le chien n'est donc pas son objet.
Toutefois:
chapitre 2 §2

[..]
" Voici quelques passages extraits textuellement de l'article qu'Edouard Lartet a consacré à cette station et sépulture d'Aurignac,[..]
"Malgré toute l'attention que j'ai portée au dépouillement des os provenant de la fouille d'Aurignac, [...] je ne suis point parvenu à y retrouver le moindre indice de la présence du Chien, [...] Edouard Lartet Ann. des sciences nat., IV série, t. XV, 1861, p. 177-249

Edouard Lartet dit plus loin à propos de la caverne inférieure de Massat (Ariège)

« La très grande partie des ossements que j'ai pu en extraire appartiennent à des ruminants; [...] certaines surfaces d'articulation, à revêtement cartilagineux et épais dans le vivant, ... laissaient voir la trace de dents beaucoup moins robustes que celles de l'Hyène.
C'est là le seul
indice que j'aie pu retrouver de la présence d'un carnivore, très probablement le chien domestique,[...] .". E. Lartet op.cit., p. 208-213

Nous emprunterons aussi aux Annales des sciences naturelles, ...., quelques-uns des renseignements donnés par M. Alphonse Milne-Edwards sur ses fouilles de la caverne de Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées [...]

[...] " Enfin il est bon de remarquer que, parmi les ossements trouvés dans la grotte de Lourdes, aucun ne peut se rapporter a une espèce domestiquée; nous n'avons pu même découvrir aucun indice de la présence du Chien. [...] Alphonse Milne-Edwards, op.cit. p. 227-243)

Edouard Lartet et son digne collaborateur H. Christy ont publié ... les résultats de leurs fouilles dans neuf grottes du Périgord [...]

[..] « Aucun animal ne paraît avoir été domestiqué ..., pas même le Chien,[..]

A ces judicieuses remarques, il faut ajouter les suivantes, [..]

" Dans les deux grottes des Eyzies et du Moustier, non plus que dans les trois stations extérieures de la Madelaine et des deux Laugeries, il ne s'est trouvé aucun os rongé, sauf toutefois à la Madelaine (sic), où l'on a recueilli une tête de fémur de Cheval, portant l'empreinte peu énergique de dents aïgues d'un jeune carnassier. ." Lartet et Christy

Piétrement 1882

Depuis cette date de 1882, les connaissances sur le sujet se sont étendues, comme chacun sait...

Pour les non spécialistes, le recul consiste surtout à pouvoir admirer
les surprenantes oeuvres d'art pariétales et rupestres et divers objets livrés à l'observation du public.

Certes.. c'est merveilleux... sauf que

 


si ce sont des chiens que l'on cherche.... voire même seulement des canidés,
(ou des Hommes.....)
c'est moins enthousiasmant ...


car il n'y en a pas

 

à part


Le loup de Font de Gaume et le chien de Chauvet

C'est pourquoi l'image de loup relevée par l'abbé Breuil et Capitan en 1910
dans la grotte de Font-de-Gaume
requiert particulièrement notre attention

mais pas autant que,

dans la grotte Chauvet,
la
trace laissée par un canidé accompagnant les pas
d'un adolescent humain

à propos de cette trace, nous n'avons trouvé d'image que dans le DVD:
"La Grotte Chauvet, la première fois" de Pierre Oscar Lévy


capture d'écran

Le narrateur, présentant les empreintes de l'adolescent et du canidé, confie la parole à Michel Garcia, archéologue spécialiste des empreintes animales, qui explique, schéma comparatif canidé sauvage/chien à l'appui, que selon toute vraisemblance il s'agissait d'un chien (gros en l'occurence, vu l'empreinte)


On était en 27.000 avant J.C.
.

.

et pas plus d"image" de l'animal ici qu'ailleurs...


L'explication de cette absence d'image peut se trouver

dans le fait que le chien étant déjà domestique, (et sans doute depuis longtemps),

il y avait pour les artistes
soit tabou, soit inutilité, voire incongruité de l'insérer dans le bestiaire des frises pariétales... de même que toute autre banalité familière.....

Attestent par exemple de l'ancienne familiarité Homme/chien
ces mots de
Marcel Otte, Cro Magnon, Perrin, 2008, p90:

"La proie est dépecée sur place, en de subtiles portions : celle à consommer entre hommes, celles à ramener et partager selon les règles rigoureuses du clan, celles pour les enfants, les femmes, les chiens et celles enfin destinées à la conservation....." M. Otte

.

 

NDLR : Laissons aux féministes le soin de juger de la pertinence de l'ordre des éléments de la phrase ci-dessus... BQ

 

l'ancienneté du statut domestique du chien se précise donc ...
de même que l'
exception que cela constitue dans le cadre général de la Domestication animale
considérée encore récemment comme une
acquisition caratéristique du néolithique y compris pour le chien,

"on s'accorde généralement pour la placer au début de l'âge de la pierre polie (période néolithique)." [...]
La race la plus anciennement décrite et qui paraît devoir être considérée comme la première domestiquée, est le
chien des tourbières (Canis familiaris palustris) découvert dans des stations lacustres de la période de la pierre polie et déterminé par Rütimeyer en 1862. " Dechambre, (op.cit.)

Ce chien des tourbières était de la taille moyenne modeste d'un chacal (40 à 50 cm) qui, du coup, caractérisait l'eumétrie dans l'espèce, de modèle "normal" (de proportions moyennes=médioligne) museau plus court que le crâne, diminuant graduellement de la base à la pointe (dit "effilé"), ossature plutôt légère: on y reconnaissait volontiers un "parent" de nos actuels spitz européens.

"Sous les pilotis de l'âge de pierre, en Suisse, on a trouvé des restes d'une petite race de Chien dont la taille tenait le milieu entre le chien courant et le chien d'arrêt.
Dans les études sur la faune des kjökkenmöddings du Danemark, M. Steenstrup s'est assuré, par la manière dont certains os étaient rongés, que le chien avait dû être le
commensal des aborigènes [...]
Dans la station de Massat (Ariège), bien plus récente,[...] j'ai, de mon côté, cru pouvoir induire la
présence du chien de la manière dont quelques os d'herbivores ont été rongés."(P. 199, en note.)...." Edouard Lartet, suite de la cit. par Piétrement : voir + haut /eporedo

C'est pourquoi on n'est pas étonné de lire aujourd'hui sur www. Hominidés.com :

à partir de l'analyse d'un article de la presse scientifique en anglais (référence ci-dessous *)

" Découvert en 1976 dans le gisement magdalénien et azilien de Pont d'Ambon (Bourdeilles, Dordogne), ce squelette de canidé fossilisé, ainsi que deux autres du même type trouvés respectivement à Montespan (Haute-Garonne) et au Closeau (Hauts-de-Seine), viennent d'être étudiés et identifiés....
[...] confirmant la présence de
chiens de petite taille en Europe il y a au moins 15 000 à 11 500 ans."....
Maud Pionnier-Capitan estime que ces chiens avaient une hauteur inférieure à 43 cm. .....
F. Belnet, Hominidés.com

*référence "New evidence for Upper Palaeolithic small domestic dogs in South-Western Europe", Pionnier-Capitan M, Bemilli C, Bodu P, Célérier G, Ferrié J-G, Fosse P, Garcià M, and Vigne J-D. 2011. Journal of Archaeological Science 38(9):2123-2140.

" Un ou plusieurs événements de domestication ont pu se produire en France et, plus généralement, dans la partie occidentale de l'Europe.
Les données archéologiques d'Eurasie plaident pour

des processus de domestication multiples et indépendants dans tout l'Ancien Monde " confirme
Maud Pionnier-Capitan.

F. Belnet, Hominidés.com

Jean-Denis Vigne, débuts de l'élevage, ed Le Pommier , 2004 , p29:

" La présence de chiens domestiqués est attestée à partir de 18000 à 12000 av. I.-C. Cette période correspond aux cultures de la fin du Paléolithique supérieur, principalement la culture magdalénienne en Europe occidentale - la culture des derniers grands chasseurs des temps glaciaires - et la culture natoufîenne au Proche-Orient. Les plus anciennes attestations de chiens connues à ce jour se trouvent essentiellement au Proche et au Moyen-Orient, ainsi qu'en Europe, en particulier en France (dans le Sud-Ouest et dans les Alpes), en Allemagne et en Espagne.
Ailleurs dans le monde, d'autres attestations sont connues pour cette même période, en Asie et peut-être aussi en Amérique du Nord." J-D Vigne,

*Pour Nougier, (op.cit.)

"Le chien est domestiqué en - 17 850, à Afontova Gora, sur l'Ienisseï, ...." L.R. Nougier

Ce qui est déjà relativement plus ancien, d'autant plus que la culture d'Afontova Gora durait dèjà depuis au moins avant -20.000.

haut

llesi ce sont des chiens que l'on cherche.... voire même seulement des canidés,
le point

Le point

La date la plus ancienne actuellement démontrée grâce à la génétique moléculaire (ADN mitochondrial) et autres techniques modernes,
s'avère encore plus précoce:

Conformément à ce qu'on peut lire sur www.Hominidés.com, déjà cité :

"Un chien vieux de 33.000 ans en Sibérie
Publiée en 2011 dans PLoS ONE et relayée en janvier 2012 par le site de l’Université de l’Arizona, l’étude réalisée par une équipe russe et américaine du crâne fossilisé d’un
chien, découvert dans l’Altaï sibérien, suggère que cet animal a été domestiqué dès -33 000 ans*, sans être toutefois à l’origine des lignées de chiens actuelles, qui proviennent de domestications ultérieures.  [...] " F. Belnet Hominidés.com

référence : "a 33,000-Year-Old Incipient Dog from the Altai Mountains of Siberia: Evidence of the Earliest Domestication Disrupted by the Last Glacial Maximum", Ovodov ND, Crockford SJ, Kuzmin YV, Higham TFG, Hodgins GWL, and van der Plicht J. 2011. PLoS ONE, 6(7):e22821.

* N.B. l'utilisation du signe - (moins) avant les chiffres de date est une abréviation qui se réfère évidemment à l'emploi, classique en France, de l'expression "avant Jésus-Christ" ou (avt J.C.)- voir en bas de page

Sur le même site web on avait également pu lire, sélectionné par le même auteur :

"En 2008, Mietje Germonpré et son équipe avaient identifié ce qu'ils pensent être le premier chien connu, un fossile de la taille d'un grand chien de berger, ressemblant à un husky sibérien, trouvé dans une grotte belge et remontant, estiment-ils, à environ 32 000 ans.

Les auteurs précisent en outre que les grands chiens paléolithiques belges analysés présentaient une nette diversité génétique.

référence "Fossil dogs and wolves from Palaeolithic sites in Belgium, the Ukraine and Russia: osteometry, ancient DNA and stable isotopes.", Germonpré M, Sablin MV, Stevens RE, Hedges REM, Hofreiter M, Stiller M, and Despré VR. 2009 Journal of Archaeological Science, 36(2):473-490.

En conclusion:

non seulement l'âge de la domestication devient de plus en plus ancien au fur et à mesure des découvertes, qui semblent définitivement le situer au


Paléolithique final

 

mais aussi se précisent de plus en plus

  le polycentrisme du phénomène M. Pionnier-Capitan

l'ancienneté de la diversité (raciale?) dans l'espèce

F. Belnet

 

le tout place
l'alliance Homme / Chien

vers au moins

35.000 ans avt notre ère


haut


Datations, époques, cultures

avant Jésus-Christ, après Jésus-Christ
Cette façon d'indiquer la date est de plus en plus discutée au motif principal de son
absence de neutralité religieuse.

Les autres façons d'indiquer les dates sont, elles aussi en discussion:
Celle qui ne changerait rien aux dates (par rapport à notre système classique)
étant de trouver une appellation de la période, ou plutôt de celle d'
après J.C, "positive" pour nous, c-à-d. notre référence

Pour le moment
Ere commune (EC) émerge...: elle nous convient d'autant mieux que ses initiales sont les mêmes qu'ère chrétienne
Dans ce cas "avant J.C." deviendrait en abrégé français "AEC" et en anglais "BCE"



Détails de ces façons de dater dans
Wikipedia "Ere Commune" article où on lira en outre:

"En archéologie et en préhistoire, les méthodes de datation absolue telles que la datation par le carbone 14 fournissent des résultats exprimés en nombre d'années écoulées jusqu'au présent.
Par convention, afin d'avoir un point de référence fixe et universel, le présent en question est fixé à l'année
1950, date des débuts des datations radiométriques.

Les préhistoriens diront, par exemple, que tel foyer paléolithique est daté de 12 000 « avant le présent » (12 000 BP), c'est-à-dire d'environ 10 000 AEC." Wikipedia

Avant le présent (BP en anglais abrégé) signifie donc avant 1950. (il faut corriger nos dates d'environ 2000ans....)
Pour la paléontologie qui compte en millions d'années, on comprend que la différence 1950 / année 0 (naissance du Christ) soit sans signification
Pour l'archéologie, c'est moins compréhensible...

*

P.S.

La Préhistoire, plus on la "fouille", plus on la divise ....
Les "époques" qu'on y découpe, sont de plus en plus diversement appelées et classées...

nous avons vu "arriver" l'animal dans l'univers familier de l'Homme :
à l'âge paléolithique, c-à-d. pendant la période de la pierre taillée...
Relativement à la longueur de la période, on peut dire, toutefois,
que c'était tout à la fin..

La datation étant un problème compliqué, en évolution permanente,
les spécialistes lui préfèrent les références aux diverses
"cultures"
de techniques de fabrication des outillages lithiques, dénommées en fonction du
lieu principal de leur découverte (lieu éponyme).

Ci-dessous petit tableau de profane pour se repérer très approximativement dans la
chronologie du Paléolithique
exprimée par quelques "cultures"
( en France )

Paléolithique inférieur : .-1.800.000
galets aménagés, silex taillés

-500.000 -100.000
Chelléen
Acheuléen
(maîtrise du feu -400.000)
_______
Paléolithique moyen

Moustérien
-300.000 à -50 000

(H. de Néandertal)

Transition moyen / supérieur (env. - 38 à - 32 000 :

Périgordien :
ancien : Châtelperronien

récent : Gravettien

Aurignacien

( H. de Cro-Magnon)

Paléolithique supérieur.
Gravettien
final
Aurignacien
final
(grotte Chauvet) -25.000
dernières phases -17 000
Solutréen

Badegoulien

Magdalénien

(Font-de-Gaume)

Transition paléolithique/néolithique
Azilien

.

B.Quéinnec 2013

haut